AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerGroupesMembresConnexion

Partagez | 
 

 Mais moi je t'aime voyons ![PV Lewis]

Aller en bas 
AuteurMessage
Luke Miller
>> Look at Me__I'm so Perfect !
>> Look at Me__I'm so Perfect !
avatar

Masculin Nombre de messages : 35
Age : 28
Localisation : Cherche moi et tu me trouveras...
Date d'inscription : 03/02/2008

___PENSINE___
Niveau d'étude: 7ème année
Maison / Profession: Gryffondor
Rôle: Descendant de Godric Gryffondor
MessageSujet: Mais moi je t'aime voyons ![PV Lewis]   Jeu 26 Juin - 20:34

Qu’arrivait-il lorsqu’on faisait la rencontre d’une hystérique ? Une folle alliée qui ne sait qu’entreprendre pour rendre sa petite vie minable plus intéressante… Après une après-midi avec la maladroite et légendaire Lewis, Luke pourra rendre un rapport complet. Le jeune Gryffondor avait appris à ses dépens qu’il n’était pas judicieux de s’attaquer à ce type de créature. Passe encore le fait qu’elle ne sache malheureusement pas contrôler ses impulsions, en présence d’une beauté aussi flagrante que celle de Luke Miller ce n’est toutefois qu’une légitime erreur, mais ces créatures abandonnaient également tout comportement rationnel et commun en société. Il ne restait que l’animal, confronté à une infime part de danger. Et c'est cela qui causait des dégâts irréparables. Cette fois-ci ses bijoux de famille en avaient fait les frais.

C’est ainsi que Luke avait expliqué sa présence à l’infirmerie. L’infirmière fut sous son charme comme d’habitude et Lewis soupirait dans son coin tout en le fusillant du regard à chaque fois que celui-ci parvenait à croiser le sien. Luke se fichait bien de la façon dont elle prenait la situation. Il avait souffert le pauvre. Et cette folle alliée s’était empressée de revendiquer son histoire, bien qu’il atterrisse dans cette salle par sa faute. Le courage féminin, ou plutôt l’insolence féminine l’avait toujours surpris, mais à ce niveau là Lewis battait tous les records. Donc rien de nouveau à ce qu’elle se comporte comme un animal… Car mamzelle’ n’avait pas que fait de l’étourdir un moment. Non… c’était bien trop simple et peu en accord avec sa créativité légendaire. Après l’avoir transporté quelques mètres, que Luke avait trouvé bien plaisant puisqu’il mettait tout son poids sur les épaules de la Gryffondor, elle s’était empressée de le jeter à terre. Mademoiselle prétendait à une douleur à l’épaule mais bien entendu c’était faux. Malgré tout, Luke devait avouer qu’elle l’avait bien avertit. Et il n’avait rien voulut entendre. A vrai dire, le jeune homme se trouvait si agacer par son comportement envers lui ; qu’il aurait employé n’importe quel moyen pour lui être désagréable. Et ca, cette petite chipie, n’avait encore rien vu ! Il n’était guère qu’à son début. Malheureusement, il lui faudrait souffrir entre temps. Mais ça en valait bien la peine. Après le désastre avec la Serpy, il n’avait aucun intérêt à ce que des rumeurs circulent sur ces baisers…

Quoi qu’il en soit, la Gryffondor ne s’était pas contenté de l’assommer. Il fallait qu’elle utilise « la magie », enfin ce qu’elle appelait la magie car visiblement elle ne savait pas comment en user. A se demander s’il ne lui avait pas fallut soudoyer certains professeurs pour prétendre aux notes qu’elle avait reçu. Tout du moins c’est la seule conclusion à laquelle était arrivé Luke, ou peut-être la seule qu’il avait jugé assez potable. Toutefois, il y avait une chose qu’il ne pouvait pas lui enlever : son Honnêteté. Elle avait prétendu se servir du Levicopus, ce qui n’était pas resté bien longtemps une simple suggestion. Pendu par la cheville, le jeune homme sentait le sang lui monter à la tête. Et la première réflexion s’était portée vers ses amis. Que diraient-ils, s’ils assistaient à cette scène ?? Il était tout simplement pathétique.

En mauvais acteur, il n’avait pas tenu le scénario bien longtemps. Logique il était pendu comme un abruti dans les airs et gigotait dans tous les sens pour ne pas « tomber dans les pommes ». Auquel cas, son ridicule aurait été plus constaté encore. Lewis quant à elle, n’avait pas l’air franchement perturbé par ce qui arrivait au jeune Gryffondor ; elle paraissait prendre clairement son pied. Puis, reprenant où il en était resté, le ton de Luke ne fit place à aucune plaisanterie.


Relâche moi espèce de folle, je ne me sens pas bien ! Et tout ca c’est de ta faute ! Si tu ne veux pas que je te fasse renvoyer, tu ferais mieux de reprendre tes esprits ! Et puis, je suis visiblement mal au point, je n’aurais aucun mal à prouver ce qui vient de se passer ! Je doute que tes moldus de parents apprécient que tu te sois faite renvoyée.

Son sourire retombait de plus belle, cependant il n’était pas encore à l’image de sa nouvelle chute. Il était à nouveau à terre. Cette hystérique voulait réellement sa mort. Si elle s’entêtait à s’en prendre à lui, il se chargerait d’elle d’une autre manière. Et fort heureusement ça n’allait pas lui plaire. S’accrochant à cette pensée comme à ses vêtements, ils se dirigèrent tout deux au troisième étage. Quoi qu’il puisse dire, il aimait son contact. Et faire tomber ses bretelles l’amusait au plus au point. Toutefois cette menace avait refroidit la demoiselle. Sans doute parce qu’il ne représentait pas n’importe quel morveux étudiant dans cette école. Son père à la tête de Poudlard, avait finalement quelques avantages. Il savoura expression de son visage. La colère embrumait parfois ses yeux, parfois la pitié et parfois même la vengeance. Du moins, il s’agissait du bref aperçut qu’avait le Rouge-Et-Or. Le chemin fut long et laborieux pour la jeune femme. Plus il sentait ses bras faiblirent sous son poids, plus il jouissait d’y ajouter une légère retombée afin qu’il puisse se cramponner à elle davantage. Lorsqu’il la sentit faiblir à nouveau au deuxième étage, il souffla au creux de son oreille quelques douces paroles :

Allez chérie, tu apprends et à tes dépens que t’en prendre à moi n’a rien de bon. N’oublie pas ça. Je t’enseigne des valeurs que tes parents n’ont pas du évoquer dans ton éducation. Toutefois je comprends leur abandon, tu devais être terriblement emmerdante comme gamine !

Comme il s’y attendait, sa jolie bouche esquissa une grimace corrigée en un sourire. Une fille de Poufsouffle débarqua à cet instant et demanda affectueusement de prendre la place de Lewis. Le jeune Miller fut une nouvelle fois rapide et l’écarta de son chemin prétextant qu’elle avait beaucoup d’importance pour lui et qu’ils voulaient rester ensemble. Il faisait d’une pierre deux coups. Il ne supportait plus cette fille qui s’obstinait à trouver des prétextes pour lui adresser la parole… C’était particulièrement touchant d’obtenir les faveurs d’une femme en y laissant que peu de soi toutefois ce devenait une autre pair de manche lorsqu’elle devenait accroc et en continuelle requête.

Fatiguant d’être si célèbre, si admiré…. Oh mais toi tu ne connaîtras jamais ça Lewis. Il faut être puissant pour en arriver à un tel résultat. Travailler dur, mais surtout avoir un certain charme naturel que tu n’as pas…

Lui confia-t-il lorsque la Poufsouffle s’éloigna les larmes aux yeux. Christina eut quelque chose de compatissant dans le regard. Puis cette image se changea, elle parut plus hautaine et réservée. Sans doute le dégoût qui reprenait le dessus. Luke sourit à cette évocation muette. Il commençait à cerner son tempérament, bien qu’il soit ce qu’on pourrait qualifier de hors norme.

Arrivés au troisième étage, l’infirmière avait trouvé un lit pour Luke quand la Gryffondor se dirigea par la sortie.


Oh non. Tu n’as pas le droit de t’en aller chérie ! Tu reste là ! En la saisissant par la manche. Mademoiselle, Cristina va rester avec moi. Tout d’abord parce qu’elle un peu, disons responsable de ce qui m’arrive, mais aussi parce qu’elle aimerait réellement assister. Car voyez-vous, elle se sent réellement responsable de ce qui m’arrive….

C’est ainsi qu’avait débuté ses pleurnicheries. Ce n’était pas du tout son genre, seulement les cris de désespoir qui se lisait sur son joli visage et le désir de meurtre dans ses yeux le ravissait tellement qu’il lui était difficile de contenir un tel bonheur.

[Titre très ironique xD Aie encore piqué ton libre-arbitre xD Pas grave je sais que tu m’aimes quand même Wink Bon comme tu sais, je prendrais du temps pour le prochain alors te presse pas surtout ! Tu sais comme j’aime te mettre en retard xD]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cristina Lewis
So Crazy, So Sweety, So Cristy
So Crazy, So Sweety, So Cristy
avatar

Féminin Nombre de messages : 20
Age : 28
Localisation : Si tu me cherches, tu me trouves /!\ je griffes xD
Date d'inscription : 12/03/2008

___PENSINE___
Niveau d'étude: 7ème année
Maison / Profession: Etudiante à Gryffondor
Rôle:
MessageSujet: Re: Mais moi je t'aime voyons ![PV Lewis]   Dim 27 Juil - 12:24

Elle avait certes gagné une bataille mais pas la guerre ! Le jeune Miller semblait être un adversaire de taille. Au moins il faisait un peu honneur à son statut de descendant de Goddric Gryffondor. Le jeune homme avait, en effet, opté d’être épaulé par Cristina jusqu’à l’infirmerie au lieu d’user la magie. Mais pourquoi lui avait-elle laissé le choix ? Pendant qu’elle aidait le jeune homme à se relever et marcher jusqu’au château, elle s’en mordit les doigts intérieurement… ou plutôt ses lèvres inférieur. Luke avait pris le malin plaisir de laisser tout son poids de colosse sur la pauvre épaule de Cristina. Pourquoi lui avait-elle aidé de la sorte ! Cristina aurait dû le penser plutôt. Elle savait pertinemment bien que Monsieur allait en profiter. Voyant qu’il prenait goût, elle le lâcha subitement sans avertir. Non mais, pour qui il se prend ! Cristina Lewis ne se laisse jamais faire ! Se retournant vers lui pour lui afficher son visage d’actrice en herbe, elle feignant avoir une crambe à son épaule. Ce qui était faux bien étendu. Même si elle était une excellente comédienne, la jeune Gryffondor se prit tout de même la peine de bien montrer à Luke qu’elle mentait. Avec lui, c’était l’attitude sarcastique qu’il fallait employer, non pas l’hypocrisie. Puis levant sa baguette magique comme elle l’avait prévenu, elle utilisa le sortilège du Leviocorpus pour soulever cette masse de graisse. Parce que franchement les autres filles stupides de Poudlard disent que Monsieur Luke était bien foutu… eh bien Cristina n’avait rien vu d’intéressant pour le moment.

Le voyant pendu par les pieds en l’air, la tête en bas devenant aussi rouge que les couleurs de leur maison, la jeune fille ne pu s’empêcher de laisser échapper un petit rire moqueur. Ah si seulement elle avait pris son appareil photo ! Si seulement il y avait du monde pour voir ça ! Pourquoi fallait-il que les moments pareils ne soient pas immortalisés pour que personne n’oublie la honte que Luke se prenait à l’instant ?

Gigotant dans tous les sens, le pauvre petit Luke faisait pitié. Mais cette fois-ci, Cristina nota une nette différence entre sa petite scène d’avant et celle de maintenant. Tout à l’heure il exagérait trop. S’écriant à tut tête… jouant la comédie. Mais à l’instant, il semblait vraiment en colère, très irrité même ! Ah enfin ! Luke Miller ne voulait plus rire et jouer ce petit jeu là ! Ah que cela faisait plaisir à Cristina xD Alors qu’il se mettait à lui crier dessus, Cristy semblait être totalement indifférente au confort de son jeune compatriote de maison. Lui affichant même un large sourire, elle le regardait de haut, telle une âme sans défense.

Mais lorsque le jeune homme eut terminé sa phrase, le choc fut brutal. Elle lâcha Luke dans le vide, sans avoir plus la moindre envie de sourire. Ce fut comme si elle venait de tomber à sa place tellement elle fut abasourdi par ce qu’il venait de dire. Comment ?!!! ‘Tes moldus de parents’ ! Mais depuis quand un Gryffondor avait ces idées grotesques à la Serpentard !? Qui plus est, Luke se trouve être le descendant de Goddric ! Non, c’était impossible, ce gars là n’était vraiment pas normal. Il n’avait aucun mérite d’être un Gryffondor. Aucun le droit d’être fier pour ce qu’il était. Descendant… lui ? Pfff il n’avait rien de noble dans ses veines, rien de courageux, juste et fort ! C’était un pauvre type crétin, arrogant et sans aucuns sens de vertu. Cristina aurait été une meilleure descendante que lui, c’est sûr. Mais ce qui irritait le plus la jeune Gryffondor était qu’il avait utilisé ses parents dans la conversation. Qui était-il pour juger sa famille ! le fils du directeur mais encore ?! qui était-il pour connaître sa vie ? Personne. Personne. Personne ! De un, personne ne devait insulter sa famille. Cristina était fière de sa famille, elle l’adorait plus que tout. De deux, elle n’était pas moldus. Ce n’était pas une insulte pour elle, mais détestait que quelqu’un la juge sans la connaître. Et de trois, mais qu’est ce qu’il est stupide ce gars !

Sans même réfléchir, elle le frappa d’un coup de pieds sur le côté comme signe de protestation. Franchement elle avait mieux à faire que de rendre moins bête, un con. Son intelligence, Cristina le vouait à autre chose de bien plus utile. Mais elle ne pouvait pas rester muette aussi longtemps après ce qu’il venait de dire.

- Sache simplement qu’au moins, moi, je ne fais pas honte à ma famille contrairement à toi, espèce de Troll !

Cristina ne tenait pas à l’annoncer qu’elle n’était pas une moldu. Il ne la connaissait pas ? Eh bien tant mieux ! Elle ne tenait pas à ce qu’il la connaisse. Un type de son genre, elle n’en voulait pas. Pourquoi ne ressemblait pas à son père ?

- Allez relève toi qu’on en finisse, boulet !

Puis sans un mot, elle l’emmena jusqu’à l’infirmerie. Où allait-elle chercher toute cette force ? Portant la moitié du poids du jeune homme, tout en essayant de calmer sa furie envers lui. Où trouvait-elle le courage d’aider encore cette brute ? Mystère et boule de gomme… Cristina savait calmer ses sauts humeurs. La violence à quoi bon ? Cristina promis se venger autrement. Dans le silence qui les accompagnait dans leur ascension jusqu’à l’infirmerie, Cristina réfléchissait à un plan. Le score était à 4-3 en faveur du Gryffon. Cela ne lui plaisait pas du tout. Du coup, il fallait qu’elle se venge au point de valoir 2 points tellement cela sera terrible se disait mentalement la jeune fille. Lorsque son mentale bouillonnait d’idées, elle commença à perdre petit à petit de la force dans ses bras, au grand plaisir de Monsieur, elle le savait. D’ailleurs celui-ci lui souffla doucement au creux de son oreille des paroles si… réconfortantes. Ah qu’elle avait envie de lui foutre une belle raclé à ce moment là. Il continua à outrager ses parents, de critiquer son comportement en lui balançant des répliques sanglantes. Ah, son bras lui démangeait tellement mais Cristy se retient de lui flanquer un poing dans ses côtes…car oui elle avait reçu une certaine éducation venant de ses parents. Ses parents l’avaient parmis les bonnes valeurs humaines qui étaient : le respect, l’honnêteté et la générosité. N’était-elle pas en train d’exécuter ces valeurs à l’instant même pour une personne qu’elle détestait plus que tout ? Oui c’est vrai, ses parents ne lui avaient pas appris les valeurs que Luke citait à l’instant, c'est-à-dire l’orgueil, l’arrogance et la stupidité !

Elle ne dit rien. Affichant un faible sourire crispé, elle se contenta de le redresser de son mieux pour qu’il use de ses jambes comme il faut pour continuer la route. Ah qu’elle le détestait ce gars là ! Le portant comme si elle portait toute sa chimère sur son dos, Cristina avança tant bien que mal, le plus vite qu’elle le pouvait pour que tout cela se finisse. Elle n’allait pas supporter plus longtemps Luke Miller. Bien qu’elle arrivait à se contrôler, il y avait des limites ! Et Cristina la voyait déjà dans son champ de vision. C’est alors qu’accouru une jeune Poufsouffle pour prendre le relais. Oh miracle, quelqu’un venait à son secours. Mais son sourire fut de courte durée lorsque Luke envoya balader la pauvre jaune au bord des larmes. Un sentiment de compatie laissa submerger le regard de Cristina. Luke Miller était horrible avec tout le monde. Pourquoi la Poufsouffle n’était pas venu aider Cristina ?! Alors que Miller enchaîna un de ses discours flatteur à lui-même. (tout aussi pathétique à voir qu’à entendre) Cristina fut bien fière de ne pas être comme lui. Elle n’avait pas besoin de célébrité et d’être admiré. A quoi bon ? Si la plupart des gens te déteste juste après ton passage ?! Non, Cristina ne voulait pas connaître cette popularité hypocrite. Était-il au courant que la moitié des filles le détestaient tout autant qu’elle, après ce qu’il les faisait subir ? Savait-il que la plupart des garçons le détestaient également. Ce n’était pas ses quelques rares idiotes de première bien trop aveuglée par sa ‘célébrité’ ou ses futures conquêtes qui l’aimait. En sommes, son champ d’admirateurs était fort réduit. Pathétique je vous l’ai dit !
Effaçant son regard sensible, La jeune Lewis prit un air plus hautain et réservé. Il allait le payer très cher, ce cher Luke Miller. Très, très cher.

Une fois arrivé à l’infirmerie, qu’elle le fut pas son soulage de pouvoir enfin laisser le relais à l’infirmière. Son devoir accomplit de générosité pour au moins 6 mois, elle tourna ses talons pour quitter ces lieux… ce Troll ! De plus il était asse occupé à faire des yeux doux à l’aide soignante, et vice-versa. Erreur de sous-estimer un Miller ! Lorsqu’elle entendit retentir les paroles du jeune homme, elle tressaillit de terreur. L’attrapant par la manche, elle fut parcours d’un frisson. Pitié. Pourquoi ne la laisse-t-il pas tranquille ? Aux bords d’une cris de nerf, elle faillit péter un câble en sanglotant mais elle se ressaisit à tant, les poings serré fort pour ne pas pleurer devant cette crapule. C’était de trop ! Il avait franchit la patience et la générosité de Lewis pour de bon. Entre détresse, colère et fatigue, Cristina explosa sa voix dans la pièce.

- Chérie ?!!! Comment oses-tu m’appeler ainsi ?!! Je suis Cristina Lewis pour toi et c’est tout ! C’est toi qui l’a cherché ! Tu n’as mérité que ce que tu valais. J’aurais même dû aller plus fort ! Je ne regrette rien ! Et vous savez quoi Madame, ce gars là n’est qu’un moins que rien ! Il parle, il parle mais il pise pas loin ! Alors si je lui ai fait mal, tant mieux ! Je n’ai aucunement envie de rester une seconde de plus avec lui !
- Calmez-vous mademoiselle…
- Me calmer ?! J’ai suffisamment été calme jusqu’à présent. Maintenant fini ! Et si vous voulez appeler le directeur, Allez-y lèche botte de première ! Si Luke Miller n’était pas le fils du directeur et s’il n’était pas un descendant des fondateurs, vous n’auriez rien à faire de lui.
- Assez Mademoiselle ! Asseyez vous tout de suite sur le lit d’à côté ! je vais vous amener des calmants tout de suite… Eh inutile de vous diriger vers la sortie… je verrouille ! une hystérique dans les couloirs comme vous n’a pas à sortir d’ici tant que vous ne serez pas calme !

Et elle partit dans sa réserve à la recherche d’un calmant puissant pour calmer la jeune Hystérique. Cristina avait vraiment pété un plomb. Et tout ça à cause de ce Miller de malheur ! Alors qu’elle s’agrippa au poignet de la porte pour tenter d’échapper, elle usa de tous ses moyens pour pouvoir s’évader de cette infirmerie. Force, magie, supplice… Tout ! A l’intérieur, il y avait son pire ennemi qui prenait un malin plaisir à savourer sa victoire en observant l’hystérie de Cristina et une femme vexée par ses paroles. *ne pas avaler ce qu’elle va m’apporter… elle pourrait sans doute m’empoisonner ou aggraver mon cas pour se venger de ce que je lui ai dit * Après quelques minutes de solitude face à cette porte qui ne bougea pas d’un centimètre, la jeune Gryffondor comprit qu’elle était prise au piège. Faisant volte face, elle lança l’un des ses regards les plus noir vers Miller. Comme elle le haïssait ! Il affichait son petit sourire de vainqueur… arfh tout pour énerver Lewis. Mais prenant une grande inspiration, elle se dirigea tout au fond de la pièce – le plus loin possible de cette vermine – et s’assit dans sur un lit, lui tournant le dos. Ses doigts se crispèrent sur ses genoux tellement sa rage était grande… mais aussi honteuse. Jamais elle n’aurait dû agir ainsi en la présence de Luke Miller. Il allait se faire une joie de lui faire rappeler à chaque fois. Comment allait-elle rattraper son coup ? 5- 3 pour Miller… Cristina déteste perdre. Une lueur illumina cependant son petit regard de vengeresse. Il allait le payer plus que très cher. Parole de Cristina Lewis.

[ Baff avec toi je m’attend à tout… mais s’il te plait ne me pique plus mon libre arbitre >_< Alors voila ce que j’ai pu faire… l’hystérique te plait ? t’inquiète tu sais très bien que je ne fais jamais les choses candidement. Héhé ^^ Bon répond moi quand tu le pourras. Je t’aimmmeuh fort, tu me manques… (ah je l’ai dit ? ben uiii veut te voir ! reviens vite !) ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Mais moi je t'aime voyons ![PV Lewis]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hannah Wilson ? "Viens on s'aime (mais genre toute la vie)"
» (Iron) There is a fire inside of this heart and a riot about to explode into flames
» [Terminé] [Rp hot] « Quand on aime, on ne compte pas... Mais moi je t'aime et pourtant je compte depuis combien de temps on ne s'est pas vus. » [Hayato & Scarlet]
» Je ne te connais pas mais je t'aime déjà ! [feat Adrian Chevalier ?]
» Je vous aime, mais je pars ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
.: Aparecium | Quand la vérité éclate :. :: .: POUDLARD (Intérieur) :. :: 3e Etage :: Infirmerie-
Sauter vers: