AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerGroupesMembresConnexion

Partagez | 
 

 H. Sulphur .::. "Sulphur is your money"

Aller en bas 
AuteurMessage
Hémaïdès S. Sulphur
Admin
Grande soif et dents Pointues ...
AdminGrande soif et dents Pointues ...
avatar

Masculin Nombre de messages : 26
Age : 29
Localisation : Je surveille tes moindres gestes, ne fais pas de faux pas car je te suis partout
Date d'inscription : 20/05/2008

___PENSINE___
Niveau d'étude: Diplômé
Maison / Profession: Concierge, surveillant, infirmier, garde chasse ...
Rôle: S'occuper de l'entretient de Poudlard et des élèves
MessageSujet: H. Sulphur .::. "Sulphur is your money"   Mar 20 Mai - 19:31

I. Identité

    NOM : Sulphur
    PRÉNOM : Hémaïdès Stephen
    ÂGE : 19 ans
    EMPLOI : Agent de maintenance de l'ordre dans l'établissement Poudlard (sortons les grands mots xD)
    DATE DE NAISSANCE : 30 Aout 1979
    LIENS SUR LE FORUM : Sammaël B. Sulpur est son petit frère, ils sont une relation des plus étrange ... lisez la suite et vous comprendrez.

II. Description Physique

    Hémaïdès admirait son reflet dans un miroir d’or. Ses cheveux était ce qu’il aimait le plus chez lui, de par leur couleur mi brun mi blond, mais surtout pour leur forme rebondie et cette coupe qui lui allait si bien. Tel une méduse, ils glissaient sur sa tête, souples et lisses. Sur le visage, une petite mèche cachant son front, et ses oreilles à l’occasion. Ses yeux d’un marron surprenant donnaient à son visage une touche de douceur et de profondeur, une sensation de secret et de barrière formée autour de lui. Au dessus de son nez, deux petite marque montraient qu’il avait porté des lunettes peu de temps plus tôt. Il les mettait rarement pour sortir, préférant les remplacer par des lentilles, plus esthétique et moins visible. Pour ce qui était de ses lèvres, sucrés et douces, il ne pouvait pas réellement dire qu’il les appréciais, épaisses, elle juraient avec son nez, donnant une légère impression de lourdeur à ce visage apréciable. Son menton, dans le prolongement parfait de ses oreilles et ses joues, était assez discret, d’une forme simple, bien arrondie.
    En baissant un peu la tête, il put voir de quelle manière il était habillé, ou du moins, l’effet que cela rendait. Car oui, ce matin là il avait enfilé un T-shirt blanc des plus simples. Surmonté d’une épaisse veste noir dont il s’était amusé à retrousser les manches pour un style décontracté. Son pantalon plutôt serré était vieillit aux genoux d’une manière naturelle. Et cet ensemble se terminait par quelques détailles comme les chaussures verni pour la touche classe, l’écharpe entourant le cou de manière grossière pour un peu de désordre. Et sur ses cheveux, un bonnet blanc de laine, fait de grosse mailles abîmées et posé un peu sur le côté pour représenter sa petite par de rébellion. Seul sa montre, mélange d’or et d’argent, rappelait la richesse de ses parents. Il n’en voulait pas plus, pour ne pas gâcher ces accoutrement des moins courant et pourtant à la dernière mode, car oui, il était toujours le premier à la mode, quitte à la lancer lui-même. Le miroir quelque peu incliné le rendait plus grand qu’il ne l’était, appartenant à la moyenne de son âge, son un mètre quatre-vingt trois semblait bien étiré chez son reflet. Sa colonne un peu voûtée donnait l’impression qu’il était constamment écrasé par le poids de la vie. Comme il était temps de prendre la route pour se rendre à la gare, il quitta son miroir, non sans un soupir de satisfaction, et descendit les marches.

III. Caractère


    IV. Historique
      Message suivant -->

    V. Formalités

      AVATAR : Paolo Nutini
      CODES : Ok
      PROFIL & FEUILLE DE PERSONNAGE : Fait

    VI. Vous

      PRÉNOM & ÂGE : Maxime, 16 ans
      D'OÙ CONNAISSEZ VOUS LE FORUM ? Bah, j’ai contribuer à sa création, et maintenant à son apparence
      CE QUI VOUS A INCITÉ A VOUS INSCRIRE : Disons juste que je me suis fais forcer la main
      NOTE GLOBALE QUE VOUS LUI ATTRIBUERIEZ : Aucune idée
      SUGGESTIONS DIVERSES : Bah en faite j’en ai tout le temps de nouvelles … puis je les oublies xD

    _________________

    "Sulphur is your money"
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur http://next-life.top-forum.net
    Hémaïdès S. Sulphur
    Admin
    Grande soif et dents Pointues ...
    AdminGrande soif et dents Pointues ...
    avatar

    Masculin Nombre de messages : 26
    Age : 29
    Localisation : Je surveille tes moindres gestes, ne fais pas de faux pas car je te suis partout
    Date d'inscription : 20/05/2008

    ___PENSINE___
    Niveau d'étude: Diplômé
    Maison / Profession: Concierge, surveillant, infirmier, garde chasse ...
    Rôle: S'occuper de l'entretient de Poudlard et des élèves
    MessageSujet: Re: H. Sulphur .::. "Sulphur is your money"   Mar 20 Mai - 19:31

    Prologue
    Le commencement

      J'emmerde ton dieu !
      Ton seigneur, ton christ
      Il a fait ça
      Pris tout ce que tu avais et
      T’as laissée de cette façon
      Pourtant tu as prié, sans jamais dévier
      Jamais goûter au fruit
      Tu n'as jamais pensé à demander pourquoi

      Il y a de ces jours où il est mieux de rester au lit, au fond de ses draps bien chauds et encore humides d’une nuit mouvementée. Pourtant, Christian Du Menin devait se lever. C’était une bien longue journée qui s’annonçait pour lui. Il entrepris donc de faire sa toilette matinal puis de prendre la route dans la première des voiture qu’il pourrait héler. C’était la même chose tous les jours, cette habitude qu’il appliquait avec une lassitude si évident qu’elle en serait sans doute devenu une crainte pour le plus énergique des humains. Son visage maussade et grincheux se reflétait dans son imposant miroir. Cheveux en batailles, mine déconfite ; après un second passage il semblait frai et prêt à affronter la journée ; au dernier passage il était prêt, coiffé comme il se devait de l’être, habillé dans l’un des costumes les plus chique du moment, la cravate serrée et ajusté avec perfection. Il sortit finalement dans la rue, laissant derrière lui son magnifique manoir, l’un des plus grands entourant Paris. Il n’adressa pas un mot à son majordome, celui-ci connaissait son métier, il savait dans les moindres détails chaque tâche qui l’attendait dans cette journée. Il fit donc demi tour, laissant son maître seul, hélant la voiture la plus proche. Le véhicule était magnifique, tout de bois, seules les roues et les charnières étaient de fer, un fer si soigné et d’une couleur si divine qu’on ne pouvait lui trouver aucun défaut. Le vernis semblait avoir été refait peu de temps plus tôt car la carrosserie brillait à la mince lumière du soleil levant. Tendant quelques pièces de monnaies au chauffeur, il lui indiqua sa destination puis finalement, entra dans le véhicule. Les sièges de cuir rouge s’accordaient à merveille avec les boiseries constituants la paroi. Cette splendide décoration procura un plaisir immense à Christian, il se promit donc de donner quelques pièces supplémentaires à son conducteur, après tout il le méritait bien pour cet entretient méticuleux.

      Il Arriva devant un grand bâtiment portant pour enseigne « Paris à du nouveau ». Il était fier de ce nom, il avait eu l’idée en mangeant dans un restaurant réputé de la ville. Il c’était pris de l’envie de créer son propre journal, après tout ce milieu était en pleine effervescence. En quelques mois il avait fait construire ce bâtiment, puis en moins d’un an il était devenu de second journal le plus lu de toute la région. Il n’était pas peu fier de cette entreprise. Et bien que directeur, il avait pris pour habitude d’écrire un ou deux article par jour, il fallait montrer de l’intérêt pour son métier, ne pas ressembler à ces petits journaux informant les populations de fait inventé en quelques minutes et qui n’étaient en rien réels. Il monta rapidement dans son bureau, adressant un aimable bonjour à sa secrétaire et saluant les quelques employés déjà arrivés dans signe de tête. Il s’agissait des plus connu et ceux qui écrivaient les articles les plus lus, ils n’étaient pas si nombreux à arriver avant les huit heures règlementaires. C’étaient de véritables passionnés, ils méritaient leur paye eux. L’un d’eux ne tarda pas à faire irruption dans le bureau du patron. Il apportait les sujets important du jour, ceux qu’il fallait traiter le plus rapidement pour qu’ils apparaissent dans l’édition du midi. Il fit rapidement la liste et Christian pris le sujet qui l’intéressait, il avait cette habitude de prendre ses décisions rapidement, parfois il en était fier, d’autres fois il le regrettait, là ce n’était pas le cas. Il savait depuis la veille qu’il n’aurait pas besoin de beaucoup de temps pour ce décider. En quelques minutes, les idées lui étaient venues et il commençait à écrire avec soin. De cette belle écriture fine et sans rature, si avide de perfection pour un brouillon n’ayant que peu d’importance dans le futur. Il voulait toujours faire bien et il commença à raconter le mariage de sa fille, celui-ci s’étant déroulé le jour précédent. Il se souvenait du moindre détail.

      Le soleil était haut perché dans le ciel. Le tout Paris commençait déjà à s’amasser dans l’Eglise alors que les futurs mariés se préparaient chacun dans leur loge. Accompagnés de leurs plus grands amis. Une fois que l’église froide par ses murs de pierre fut réchauffée par tous les corps qui s’étaient installés dans les rangées, le marié entra et vint se positionner auprès du prête. La cérémonie commençait enfin. Une douce mélodie élue domicile dans le vaste lieu religieux puis la mariée entra d’un pas assuré, décidé. Elle était au bras de son père, Christian Du Menin. Il affichait un sourire crispé mais pourtant convaincant. Le prête entama donc son long rituel en terminant par la fameuse phrase : « Harmonie Victoire Du Menin et Baron Honoré Alexandre Sulphur de Düsseldorf, je vous déclare mari et femme ». Sans attendre la conclusion, ils s’embrassèrent tendrement. Ils semblaient tout deux heureux et ils avaient de quoi l’être. « Tu es magnifique », « Toi aussi ». Ces petits compliments qu’ils ne cessèrent de se répéter pendant toute la soirée étaient entièrement justifiés. Harmonie était maquillé dans une infinie finesse, le moindre détail était précis et net, son visage, à cet instant, devait être le plus beau que le monde puisse porter. La robe blanche qu’elle portait n’était pas là pour abîmer ce beau masque, bien au contraire. Longue, elle la suivait partout où elle allait comme son ombre ne l’aurait jamais quittée. Chaque extrémité était accompagnée de dentelle dont la plus impressionnante était celle fermant le décolleté. C’était une maille régulière, douce à l’oeil, agréable au touché. Le voile qu’elle portait cachait des yeux d’un bleu étincelant de vie, à la fois mystérieux et envoûtants. De longs gants blancs entouraient ses mains pour ajouter à cette robe de grand couturier une touche supplémentaire d’élégance et de raffinement. Quand à Honoré, il portait un costume noir qui aurait paru bien banal à un ignorant mais qui, en réalité, était le plus magnifique ensemble. Le détail qui avait été apporté au moindre pli donnait un effet moulant au vêtement qui était pourtant souple et agréable à porter, il ne collait en rien à la peau mais se contentait de l’épouser à merveille. Le plus étonnant était le fait que les deux habits étaient fait pour aller ensemble et ni l’un ni l’autre n’avait été prévenu de ce que porterait son conjoint.
      En sortant de l’église, ils découvrirent qu’un bon nombre d’habitants de la capital étaient venus uniquement pour les voirs, sans doute était-ils devenus les nouvelles célébrités du pays. Mais une chose était sûre, seul un mince pourcentage de toutes les personnes présentent étaient conviés à la longue soirée qui allait suivre. Seuls les plus connus de la ville, des journalistes, des politiciens, des avocats et notaires parmi d’autres allaient pouvoir participer aux festivités. En effet, ils ne tardèrent pas à se rejoindre dans une immense salle. Durant toute la soirée, de douces mélodies se firent entendre dans le lieu. Le repas avait été servit, il y avait des mets en tout genre et à ne plus savoir lequel prendre. Il ne resta pourtant aucun plat. Après le dîné, un spectacle de magie des plus étonnant détendit les invités bien repus. Durant le reste de la nuit, un bal se mit en place alors que certains invités commençaient à partir. Christian Du Menin dû en faire autant.

      Et voilà, il en avait fini pour la journée. En un peu plus d’une heure il avait rédigé son article et l’avait confié à sa secrétaire pour qu’elle le retranscrive. Il n’aurait plus à présent qu’a validé le journal tout entier pour confirmer l’impression. Il resta donc dans son bureau en repensant à son beau fils et à sa fille. Elle était devenue la Baronne Harmonie Victoire Sulphur de Düsseldorf, mais à quel prix ? Après tout, il savait bien qu’elle hériterait de sa fortune, la deuxième plus importante de Paris – rien d’impressionnant quand on sais que la famille Du Menin avait, par le passé, géré la fortune d’un roi de France, et à l’ocasion détourné quelques sommes importantes -- et elle lui faisait confiance, il l’avait épousé par amour, elle avait convaincu son père, certes avec difficultés, mais elle l’avait fait. Pourtant, cet homme en était déjà à son second mariage. Sa première femme étant morte sans que personne ne sache comment, beaucoup l’accusaient et Christian était de ceux là. Il ne pouvait pas lui faire confiance pour cette raison, car c’était grâce à cette pauvre femme que son gendre était devenu riche, en gagnant son héritage. Et si sa fille venait à mourir, alors il gagnerait sa fortune et cela ferait de lui la plus grande richesse de la ville ! Non mais quelle idée ! Pourquoi avait-il donc accepté ce mariage ! Rah ! Cette si charmante fille était capable de tant de persuasion que s’en était presque écœurant. Oui, il en arrivait à être écœuré du choix de sa fille.

      On frappait à la porte. Mr Du Menin leva la tête lentement, réalisant soudain qu’il s’était endormi sur son bureau. Sa secrétaire lui apportait le journal. Elle le déposa sur son bureau en adressant un petit sourire compatissant à son employeur. Ce qui le frappa au premier coup d’œil c’était que son article n’avait pas eu sa place en première page, mais ce n’était pas tout.

        Ce matin, trois meurtriers ont été pendus sur la place de la Concorde à 8h12, 8h15 et 8h19. Pourtant Desmond Baudrillard, le criminel en série qui a tué 5 personnes en une semaine en les vidant de leur sang, n’est pas mort. Etant resté plusieurs minutes sans bouger, il a été retiré de sa corde mais il c’est réveillé puis c’est enfui en courant, faisant tomber les deux personnes l’ayant libéré. Sur son passage il aurait mordu le jeune marié Baron Honoré A. Sulphur de Düsseldorf au niveau du coup pour bien montrer que les autorités ne pouvaient rien contre lui. Depuis, personne ne l’a plus revu.


      Il voulait en savoir plus, connaître tout les détails alors il alla voir l’auteur de cet article pour lui poser des questions. Celui-ci lui raconta tout ce qu’il savait. Comme quoi il avait participé au mariage et avait passé la nuit avec une centaine de personne continuant la fête. Ils étaient sortit vers huits heures du matin pour aller assister à la pendaison, après tout la fête continuait, et qu’il y avait vu le plus grand meurtrier du siècle sortir de sa corde comme s’il ne lui était rien arrivé, se diriger vers Honoré et Harmoni et mordre le mari avant de repartir en courant. Celui-ci était instantanément tombé au sol et n’avais plus donné aucun signe de vie. Son visage était livide alors qu’à côté de lui, sa femme pleurait, une petite tâche de sang abîmant le voile qu’elle avait remit pour sortir. Il était mort, elle était enceinte. Finalement, la journée était bonne, Mr Du Menin penssait sa fortune sauvée, à tord …

      Ce n'est pas comme si tu avais tué quelqu'un
      Ce n'est pas comme si tu lui avais enfoncé une lance malveillante au côté
      Parle à Jésus christ comme s'il savait pourquoi
      Il a fait tout cela pour toi

    _________________

    "Sulphur is your money"
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur http://next-life.top-forum.net
    Hémaïdès S. Sulphur
    Admin
    Grande soif et dents Pointues ...
    AdminGrande soif et dents Pointues ...
    avatar

    Masculin Nombre de messages : 26
    Age : 29
    Localisation : Je surveille tes moindres gestes, ne fais pas de faux pas car je te suis partout
    Date d'inscription : 20/05/2008

    ___PENSINE___
    Niveau d'étude: Diplômé
    Maison / Profession: Concierge, surveillant, infirmier, garde chasse ...
    Rôle: S'occuper de l'entretient de Poudlard et des élèves
    MessageSujet: Re: H. Sulphur .::. "Sulphur is your money"   Mar 20 Mai - 19:32

    Chapitre 1
    Histoire de temps

      Comptant les gens comme des moutons
      Sur le rythme des tambours de guerre
      Retourne dormir
      Va dormir

      12 août 1997
      Une heure quarante-trois

      -Aie !

      Une légère goûte de sang glissa le long du doit, descendant jusqu’à la paume, jusqu’au poignet, au coude, et finalement tombait sur une feuille morte dans un plop discret. La lune s’emblait jouer avec les feuilles, éclairant certaines zones alors que quelques centimètres plus loin il n’y avait que l’ombre des arbres. Les ronces semblaient bien fier de ce qu’elle venaient de faire, éclairées par un halo de lumière, elles étaient parfaitement visibles. Un peu plus loin dans la forêt, un bruissement de feuilles se fit entendre, laissant à penser qu’un animal approchait. Le jeune homme parti en courant, il connaissait suffisamment cette forêt pour savoir qu’aucun animal dangereux n’y logeait, pourtant le bruit qu’il avait entendu correspondait à quelque chose d’imposant. Il allait au plus vite de ses capacités mais déjà il commençait à s’essouffler, son doigt lui faisait un peu mal et de temps en temps une goûte de sang tombait au sol, indiquant sa route. La chose se rapprochait rapidement derrière lui, il sentait qu’elle le rattrapait. Des perles d’eau longeaient son visage en provenance de ses yeux. Il fatiguait, trop, beaucoup trop. Au sol, c’était un jeu de lumière qui défilait. Il n’avait pas choisit le chemin le plus simple de la forêt, c’est sans doute pour cette raison qu’il jura.

      -Ah putain ! Fait chier !

      En effet, il venait de se prendre la jambe dans une branche. La tête au sol, il sentait la terre humide sous les feuilles mortes. Derrière lui les bruits se rapprochaient rapidement. Il se releva avec difficulté, s’agrippant à l’arbre le plus proche puis il repris sa course en boitant. Sa jambe le faisait souffrir, il avait une légère écorchure et de nouveau du sang quittait son corps. Il courait, courait toujours mais finalement, après environs vingt minutes de course il s’arrêta, il ne pouvait plus continuer, il était exténué, et puis surtout il était perdu. C’était bien la première fois qu’une telle chose lui arrivait ici. Après tout il connaissait cette forêt par cœur puisque sa maison la bordait. Il s’appuya sur un arbre pour reprendre son souffle. Il sentit alors une main sur son épaule ! On l’agrippait ! Un léger souffle accompagné d’une odeur de charogne glissait dans son coup. C’était chaud et sensuel. Il pleurait, il avait peur. Deux pointes ! Sans prévenir, elles entrèrent sans sa peau. Il se sentait faiblir, tressaillir. En quelques secondes il tomba au sol. Il vit un visage féminin, très beau et séduisant, puis une ombres au loin … « Hum … un sorcier mon amour … » la femme prononça ces quelques mots avec envie. Ce fut la dernière chose qu’il entendit, puis il s’évanouit. De nouvelles larmes perlaient sur son visage.

      12 août 1997
      Huit heure trente

      Dans un souffle rauque, le jeune homme se réveilla. Il tenta de se lever mais une douleur à la jambe l’en empêcha. Il se sentait étrange, comme si il avait été traîné sur une longue distance, son T-shirt anciennement blanc était tâché de sang et de terre. Une odeur de sueur émanait de son corps et quelques feuilles mortes étaient collées à ses cheveux. Il se souvenait d’avoir entendu une femme, il était au milieu de la forêt, et puis plus rien, il se trouvait simplement allongé devant la porte de sa maison. Tentant une nouvelle fois de ce lever, il réalisa qu’une atèle en bois avait été attaché à sa jambe blessée. Il réussit finalement à se remettre sur ses deux pieds non sans ressentir une douleur. Il ne savait pas trop quoi faire, ce dont il était sur c’était qu’il s’était passé quelque chose dans la forêt et qu’il devait comprendre de quoi il s’agissait. Il entra donc dans sa maison en boitant. Il se rendit dans sa chambre qui était la seule au rez-de-chaussée, une chance. Les murs bleu pâle et les meubles en bois de chêne ne lui plaisaient pas plus qu’avant mais ses parents avaient choisit ainsi et il n’avait eu d’autre choix que d’accepter. Il se posa sur son bureau et se mit à réfléchir à ce qu’il pouvait bien faire. Puis un souvenir lui traversa l’esprit. Il se dirigea vers son armoire puis en restant en appuis sur une unique jambe il se mit à chercher un petit paquet. Il ne tarda pas à trouver une boite de chaussure marron dans laquelle se trouvait sa baguette de sorcier en bois d’orme. A côté de celle-ci se trouvait un rouleau de parchemin qu’il relit rapidement.

      Mon cher Hémaïdès, maintenant que tu entre à Poudlard je vais devoir te dire certaines choses. Je sais que tu ne me connais pas mais je suis ton grand père et je suis moi aussi un sorcier. Ta mère est une crackmol, c'est-à-dire qu’elle n’a pas de pouvoir magique alors que ses parents en ont. Quand à ton père il est moldu, donc n’a jamais eu de rapport avec la magie. Se sont des mots que tu devras connaître dans ta nouvelle école. […] Je tenais à t’offrir ce petit cadeau. Il s’agit d’un objet magique illégal mais comme je travaille au ministère de la magie dans le service des objets magiques j’ai pu te le dérober. Ce petit sablier est un retourneur de temps, tourne le une fois si tu veux remonter le temps d’une heure. Ne l’utilise qu’en cas de grande nécessité et surtout, si tu l’utilise, il ne faut pas que ton passé te vois car cela pourrait te faire devenir fou. Ton frère aussi à eu un cadeau mais tu ne saura pas de quoi il s’agit tant qu’il ne te le dira pas, il ne connais pas le tiens non plus. Surtout n’en abuse pas. Signé : ton grand père.

      Il avait sauté un long passage lui expliquant ce qu’était Poudlard et comment les choses se passaient là bas puisqu’il y était depuis déjà depuis plus de six ans à présent. Il sortit le petit sablier d’or et mit la chaîne autour de son cou puis il sortit dans la salle à manger et laissa un petit mot à l’adresse de ses parents. Derrière lui des pas descendaient les marches. Sammaël venait prendre son petit déjeuné mais lorsqu’il vit son frère qui s’apprêtait à partir il lui demanda :

      - Tu vas où ?
      - Sa ne te regarde pas.
      - Maman ! Maïdy s’en va !
      - Au revoir …

      Puis il sortit de la maison alors que son frère le suivait en courant. Il ferma la porte derrière lui, tourna huit fois le sablier entre ses mains. Juste après cela Sammaël ouvrit la porte pour stopper son frère, mais il n’y avait plus personne, il avait disparu. Sa mère l’appelait derrière lui, en larme, elle montrait le mot laissé sur la table en tremblant. « Je reviendrais ». C’était tout ce qu’il avait laissé.

      12 août 1997
      Une heure trente

      La forêt s’étendait devant les yeux d’Hémaïdès Sulphur. Il ne savait pas véritablement en quoi remonter le temps pourrai l’aider mais il voulait essayer. Essayer de comprendre ce qui c’était passé, mais surtout d’y remédier. Sous ses pieds s’étendait un sol humide, quelques flaques de boue parsemant des touffes de mauvaises herbes. Au dessus de sa tête, quelques rayons de lune traversaient le ciel de feuilles verte et pleines de vie, plongeant la forêt dans un clair obscur peu rassurant. Son propre corps était strié de pâle lumière de nuit. Au loin un garçon approchait, parlant en solitaire, il avançait d’un pas rythmé et élégant, bien que celui-ci montrait une colère rentrée et un agacement sur dimensionné. Il ne tarderait pas à rejoindre Hémaïdès mais ce dernier réalisa soudain que non, ils ne devaient pas se rencontrer, pas même se voir ! Il partit lentement de manière à ne pas se faire repérer puis se servit d’un arbre volumineux pour disparaître. Devant lui passa un jeune homme aux cheveux bruns, revenant sur ses yeux en une petite frange. Ses vêtements étaient soignés et ne devaient pas être de petite valeur, pourtant l’ensemble rendait le tout étrange et provocateur. Maintenant il en était certain, il s’agissait bien ce lui. Son passé passait devant son présent, à moins que se ne soit son présent qui passait devant son futur ? Il s’arrêta là, il ne fallait pas qu’il se pose de questions aussi complexe pour ne pas perdre de vue son objectif, car à présent il en avait un, il avait une idée de ce qu’il allait faire, il devait commencer dès à présent. Il se rendit donc à l’endroit où il c’était coupé sur les ronces. Pendant le trajet il garda une distance respectable de son passé et il arriva bien plus rapidement qu’il n’aurait pensé pouvoir le faire. Il avait couru mais apparemment avec une vitesse qui ne lui était pas habituel. Il n’y fit pas tellement attention puis se dirigea vers l’endroit d’où était parvenu le bruit quelques heures plus tôt, et qui en réalité, n’allait plus tarder à survenir. Et en effet, quelques secondes plus tard, un peu plus loin devant lui il vit apparaître deux personnes de derrière un buisson. Ils avaient l’air jeune mais pourtant si vieux. C’était étrange. Une chose était sur, ils s’aimaient, cela se voyait à la manière dont ils se tenaient la main. L’homme et la femme étaient en pleine discutions mais Maïdy ne parvint à en entendre que quelques brides.

      - … y aller cette fois ? Tu me laisse plus tellement le faire.
      - Je sais mais parfois tu es un peu trop lente et ils t’échappent.
      - Je te promet que …
      - ... l'as raté et l’enfant c’est jeté à l’eau ! Je t’aime mais j’ai …
      - … non peut-être ? Oh et puis on ne va pas encore se disputer pour ... de sucré poivré qui les imprègnes.
      - Bon je vois que j’ais …

      La femme partie alors en courant, passant à une faible distance du jeune homme. Celui-ci se mit à sa suite sans qu’elle ne s’en rende compte. Il voulait savoir ce qui c’était passé et c’était en suivant les évènement qu’il comprendrait. Pour l’instant l’évènement c’était elle. La poursuite entre son passé, la femme et son présent se mit en marche. Vingt minutes plus tard il se cacha derrière un arbre et observa la scène, il ne pouvait rien faire sans se mettre en danger, de nouveau. Il observa donc ce qui se passa de sa cachette. L’ombre de l’arbre le rendait invisible alors que devant lui, la lumière de la lune éclairait toute la scène, il avait vraiment choisit le bon endroit. A une dizaine de mètres de lui il se vit de dos, ses cheveux cachant sa nuque. La vampire s’apprêtait à le mordre, la bouche grande ouverte. Deux minces filets rouges coulèrent de son épaule, Hémaïdès tombait alors que la femme se mit à parler en regardant vers un arbre se trouvant face au jeune homme.

      - Hum … un sorcier mon amour …

      Elle laissa le corps inanimé là où il était alors qu’elle allait rejoindre son mari sous les arbres. Un dialogue se mit en place entre eux, Hémaïdès l’écouta sans y porter beaucoup d’attention. Il réfléchissait surtout à ce qu’il pouvait bien faire pour sauver son passé, et donc ce qu’il était aussi à cet instant.

      - … sa me rappelle le premier sorcier que l’on a partagé, il c’était plutôt bien débattu avec son ridicule bout de bois mais on est plus fort que tout ces stupides manipulateurs de baguette !
      - Sa je suis bien d’accord avec toi, et je suis sûr que celui-ci va être délicieux, mas il ne faut pas que l’on perde trop de temps, il va perdre sa fraîcheur et je ne le veux pas..
      - Mais tu peu attendre un peu, qu’on se souvienne des bons moments passé, ou des mauvais ! Comment notre bébé !
      - Mais tu vas arrêter avec cette histoire ! Oui j’ai fait une erreur et alors.
      - Une erreur ? Non mais tu te moques de moi là ! Quand tu m’a dis qu’il t’étais arrivé un truc bizarre juste après notre mariage et que tu pensais que c’était contagieux, que tu croyais aux vampires et que tu pensais avoir été contaminé … t’as pas voulu me contaminer à mon tour par peur de perdre le bébé !
      - Mais tu vas arrêter avec cette histoire…
      - Oh sa non, tu as tué mon père pour que j’hérite et qu’on puisse fuir avec l’argent et le bébé. Résultat j’ai été accusé de meurtre, je n’ai pas eu mon héritage et on m’a pris mon bébé, qui a d’ailleurs hérité de mon argent comme du tiens alors qu’il était même pas âgé de trois jours ! Nan mais tu te rend toujours pas compte de tout ce qu’on a perdu à cause de ta « bêtise » !
      - Parce que tu crois que je ne le regrette pas, que je n’aimerais pas remonter le temps et recommencer autrement ? …

      A ce moment là, Hémaïdès perdit le cour de la conversation, une idée venait de lui traverser l’esprit, c’était fou, dangereux et suicidaire mais après tout, depuis le début c’était comme cela. Il se lança sans trop y réfléchir. Il sortit de sa cachette, il était à présent pleinement visible mais les deux amants, plongés dans leur conversation, ne remarquèrent rien. Le jeune Sulphur se posa sur le corps inanimé de son passé, il retira le sablier qu’il portait en collier et le passa au cou du corps allongé. Il retourna le sablier une fois puis repartit derrière son arbre pendant que son passé disparaissait sous ses yeux.

      - … toujours la même chose avec toi, après un siècle et demi ensemble je te connais à la perfection alors maintenant arrête de ma raller dessus et allons manger, j’ai faim.
      - Ouais bon, t’as raison il va plus être bon après. Mais ne crois pas t’en sortir comme ça.

    _________________

    "Sulphur is your money"
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur http://next-life.top-forum.net
    Hémaïdès S. Sulphur
    Admin
    Grande soif et dents Pointues ...
    AdminGrande soif et dents Pointues ...
    avatar

    Masculin Nombre de messages : 26
    Age : 29
    Localisation : Je surveille tes moindres gestes, ne fais pas de faux pas car je te suis partout
    Date d'inscription : 20/05/2008

    ___PENSINE___
    Niveau d'étude: Diplômé
    Maison / Profession: Concierge, surveillant, infirmier, garde chasse ...
    Rôle: S'occuper de l'entretient de Poudlard et des élèves
    MessageSujet: Re: H. Sulphur .::. "Sulphur is your money"   Mar 20 Mai - 19:32

      Hémaïdès commençait à avoir peur de ce qui allait se passer, son passé avait disparu, il n’y avait plus que lui, les vampire allaient découvrir les changement étranges qui c’étaient opéré. Mais il fut sauvé par un bruit, quelqu’un courait vers les vampires, droit sur eux. Il se vit alors arriver en courant sans comprendre pourquoi. Les vampires sautèrent sur le nouvel arrivé et ils le mordirent chacun d’un côté.

      - Poua ! C’est dégoûtant ! C’est un vampire ! Pourquoi tu m’as fait croire que c’était un sorcier ?
      - Mais s’en était un … je ne comprend pas ce qui c’est passé, il aurait fallu qu’on le laisse pendant plus de trente minutes pour qu’il se vampirises. J’y comprends rien.

      Au contraire, Hémaïdès venait de réaliser ce qu’il avait fait. Pensant éloigner son passé de l’endroit, il l’avait fait retourner une heure avant comme voulu, mais il avait dû se réveiller non loin de là et entendre les bruits, puis venir voir ce qui se passait … Et se faire mordre de nouveau. Ce que les vampires avaient pensé cinq minutes avait été plus d’une heure pour leur dîner. Le sorcier ce décida finalement à sortir de sa cachette, il savait qu’il ne craignait plus rien puisqu’il y avait une dizaines d’heures qu’il avait été mordu. Il tendit sa baguette droit devant lui et fit apparaître un jet de lumière rouge. Les vampires, déjà effrayés par l’apparition d’un clone de leur dîné, furent d’autant plus surpris par cette lumière qui les agressait, et qui les brûlait. Ils partirent en courant sans savoir par où aller. Son ancien moi se trouvais au sol, de nouveau inanimé. D’un simple sortilège il souleva le corps pour le déplacer aisément. Il retourna à sa maison pour déposer son passé non loin de sa maison, de sorte à ce que lorsqu’il se réveillerait, il n’aurait pas un long trajet à parcourir. Une fois à destination, ce qui pris pas loin d’une demi heure, il banda la jambe blessée avec un bout de bois droit de manière à ce que le membre ne bouge plus. Sa chute durant la course lui avait abîmé le mollet et il le sentais encore, bien que d’une manière très légère. Il repris aussi le sablier à présent au cou de l’éclopé. Sans trop savoir pourquoi il se mit en route vers sa chambre où il rangea l’objet magique à la place qui lui était réservé. Après s’être occupé de tout cela il décida de repartir à la poursuite de ses assaillants, après tout, c’était ce qu’il avait de mieux à faire pour en connaître plus sur sa nouvelle nature. Il savait bien que les retrouver serait difficile, mais il devait le faire. Il sortit discrètement de la maison se mit à courir du plus vite qu’il le pouvait, et une nouvelle fois il se surpris de la vitesse impressionnante qu’il atteignait. Mais pourtant, ce n’était pas suffisant. Plus vite, encore plus vite. Ils le devançaient de beaucoup, il le savait. Et soudain, dans une nouvelle foulée, il se sentit tout tremblotant, un peu moue. Ses bras lui donnaient une impression de légèreté, puis ce fut son corps tout entier. Une chauve-souris passa au dessus de la cime des arbres, tâche noir dans un ciel gris.

      Je serai le seul à te protéger de tes ennemis et de tous tes démons
      Je serai le seul à te protéger d'un moment de survie et une voix de raison
      Je serai le seul à te protéger de tes ennemis et de tes fils choisis
      Ils ne font qu'un dans le même être, je dois t'isoler
      T'isoler et te sauver de toi-même...

    _________________

    "Sulphur is your money"
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur http://next-life.top-forum.net
    Hémaïdès S. Sulphur
    Admin
    Grande soif et dents Pointues ...
    AdminGrande soif et dents Pointues ...
    avatar

    Masculin Nombre de messages : 26
    Age : 29
    Localisation : Je surveille tes moindres gestes, ne fais pas de faux pas car je te suis partout
    Date d'inscription : 20/05/2008

    ___PENSINE___
    Niveau d'étude: Diplômé
    Maison / Profession: Concierge, surveillant, infirmier, garde chasse ...
    Rôle: S'occuper de l'entretient de Poudlard et des élèves
    MessageSujet: Re: H. Sulphur .::. "Sulphur is your money"   Mar 20 Mai - 19:32

    Chapitre 2


    _________________

    "Sulphur is your money"
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur http://next-life.top-forum.net
    Hémaïdès S. Sulphur
    Admin
    Grande soif et dents Pointues ...
    AdminGrande soif et dents Pointues ...
    avatar

    Masculin Nombre de messages : 26
    Age : 29
    Localisation : Je surveille tes moindres gestes, ne fais pas de faux pas car je te suis partout
    Date d'inscription : 20/05/2008

    ___PENSINE___
    Niveau d'étude: Diplômé
    Maison / Profession: Concierge, surveillant, infirmier, garde chasse ...
    Rôle: S'occuper de l'entretient de Poudlard et des élèves
    MessageSujet: Re: H. Sulphur .::. "Sulphur is your money"   Mar 20 Mai - 19:33

    Chapitre 3


    _________________

    "Sulphur is your money"
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur http://next-life.top-forum.net
    Leah Carpenter
    Enfant
    Enfant
    avatar

    Féminin Nombre de messages : 12
    Localisation : Dans vos pires cauchemars Hihi
    Date d'inscription : 08/05/2008

    ___PENSINE___
    Niveau d'étude: Pas encore à Poudlard
    Maison / Profession: Provoquer des Catastrophes
    Rôle:
    MessageSujet: Re: H. Sulphur .::. "Sulphur is your money"   Mar 20 Mai - 21:48

    Le Surveillant/Nounou est arrivé, youpi x)
    Bon courage pour supporter Leah !
    & Bienvenue Mister =)
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur
    Elysha T. R. Hamilton
    ♦ So Admin | So Ely ♦
    ♦ So Admin | So Ely ♦
    avatar

    Féminin Nombre de messages : 341
    Age : 26
    Date d'inscription : 12/01/2008

    ___PENSINE___
    Niveau d'étude: 6ème année
    Maison / Profession: Mon Ancêtre a fondé la Maison de la Connaissance...Comment pourrais je ne pas y être ?
    Rôle: Descendante de Rowena Serdaigle =p
    MessageSujet: Re: H. Sulphur .::. "Sulphur is your money"   Mar 20 Mai - 21:51

    Hep hep hep, ouste la sale môme, pas de flood dans les réparts avant qu'elles soient validées Razz

    _________________

    So ElySo Juste Me
    Stop To Protect Me Like That Aaron ! I'm Not A Porcelain Doll
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur http://aparecium.forumactif.fr
    Leah Carpenter
    Enfant
    Enfant
    avatar

    Féminin Nombre de messages : 12
    Localisation : Dans vos pires cauchemars Hihi
    Date d'inscription : 08/05/2008

    ___PENSINE___
    Niveau d'étude: Pas encore à Poudlard
    Maison / Profession: Provoquer des Catastrophes
    Rôle:
    MessageSujet: Re: H. Sulphur .::. "Sulphur is your money"   Mar 20 Mai - 21:53

    Sale Mome ? Arrete de me flatter x)
    Ok, je sors ! mdr
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur
    Hémaïdès S. Sulphur
    Admin
    Grande soif et dents Pointues ...
    AdminGrande soif et dents Pointues ...
    avatar

    Masculin Nombre de messages : 26
    Age : 29
    Localisation : Je surveille tes moindres gestes, ne fais pas de faux pas car je te suis partout
    Date d'inscription : 20/05/2008

    ___PENSINE___
    Niveau d'étude: Diplômé
    Maison / Profession: Concierge, surveillant, infirmier, garde chasse ...
    Rôle: S'occuper de l'entretient de Poudlard et des élèves
    MessageSujet: Re: H. Sulphur .::. "Sulphur is your money"   Mer 28 Mai - 22:10

    J'ai dépassé le milieu du premier chapitre, je sais que c'est super long mais sa en vaux la peine Very Happy
    C'est pas une histoire comme les autres là c'est sur *_*
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur http://next-life.top-forum.net
    Contenu sponsorisé




    MessageSujet: Re: H. Sulphur .::. "Sulphur is your money"   

    Revenir en haut Aller en bas
     
    H. Sulphur .::. "Sulphur is your money"
    Revenir en haut 
    Page 1 sur 1
     Sujets similaires
    -
    » " Tableau de Claude Monet : "SOLEIL LEVANT"
    » LE TRAIN "BANM JANM PRAN KANN"DE RENE PREVAL
    » Les trois coups d'etat, le "manje ranje de lespwa" pour le deuxie
    » " RETRAITE SEREINE SANS AUTOMOBILE "
    » Une pétition contre l'arrêt de "arrêt sur images"

    Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
    .: Aparecium | Quand la vérité éclate :. :: .: INSCRIPTION À POUDLARD :. :: La grande Cérémonie-
    Sauter vers: